Visuals : The colors as a vector of the meaning of the game

Hello everybody,

Because it’s the beginning of this blog, I would like to share with you some pictures of the first steps of our development. As you know, the game was originally created with the software Ren’Py. A very interesting tool to create visual novels. The aesthetics at this moment was pretty simple : already a cartoon style but a choice of three colors : white, grey and black.

The goal was to create an atmosphere with the story, the dialogs, of course, but also with these graphic elements. It’s so important to immerge the gamer since the beginning in your world and the choice of the colors could help with that. For us, it was a strange world without vivid colors that creates a feeling of uniformity.

Now, the choice is to use vivid colors but for the skin we continue to have a kind of grey to avoid the “pink” of the skin or a too realistic color for us because we want to respect the strangeness of the Kafka’s world. And, by the way, a brown filter will appear progressively and makes all the game look more and more sad as the mental health of the character is. So, we continue to use the colors as a vector of the meaning of the game but…differently.

cuisiniere gouvernante

kafkaenfant4

père Stefan1 rueprincipale maisonvue_ground. French version :

Bonjour tout le monde,

Parce que c’est le début de notre blog, je pensais que nous pourrions vous diffuser quelques photographies des débuts du développement du jeu. Originellement, le jeu était développé sous Ren’Py, un bel outil pour créer des visual novels. L’esthétique à ce moment était simple : un style cartoon déjà et un choix de trois couleurs : blanc, gris et noir.

Le but était de créer une atmosphère avec l’histoire, les dialogues, bien entendu, mais également avec ces éléments graphiques. C’est si important d’immerger le joueur dès le début dans votre monde et le choix des couleurs peut aider pour cela. Pour nous, il s’agissait d’un monde étrange sans couleurs vives pour créer un effet d’uniformité.

Aujourd’hui, le choix est d’utiliser des couleurs vives mais pour la peau des personnages par exemple nous conservons une sorte de gris pour éviter l’aspect rose et autre couleur trop réaliste afin de respecter l’étrangeté du monde de Kafka.

De plus, un filtre marron sera utilisé et se renforcera progressivement en fonction de la santé mentale du personnage. Ainsi, nous continuons d’utiliser les couleurs comme un vecteur de sens mais différemment.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :